Avons-nous les enfants que l’on mérite ?

On me dit souvent  » tu as tellement de la chance, elle est si belle, si agréable et si facile à vivre ta petite indienne. »

Je savoure chaque jour, ma chance de l’avoir à nos côtés, cette petit boule d’amour et d’énergie, et c’est vrai que c’est vraiment une enfant agréable à vivre.
Je suis persuadée que la bienveillance, et l’éducation positive que l’on applique avec elle, sont les clefs de notre succès. J’en parle ici et ici. 

Mais c’est aussi, tellement plus difficile, qu’une éducation où son enfant est puni, cela demande tellement de travail sur soi, de remise en cause permanente… Bref, c’est loin d’être un choix facile, je vous expliquais pourquoi ici.

Avons-nous les enfants que l’on mérite ?

Alors à votre avis ? Est ce que l’on a les enfants que l’on mérite (Je parle ici de caractère, pas de maladie ou d’handicap je préfère préciser).

Je ne pense pas qu’un enfant puisse être difficile de nature, notre petite fille par exemple, a beaucoup de caractère depuis sa naissance, mais nous avons appris à apprivoiser tout cela. Sa pédiatre l’appelle d’ailleurs « Action / Réaction »

Quand j’entends des mamans qui viennent me voir, et se plaignent de leurs enfants qu’elle trouvent « difficiles », j’ai souvent le cœur serré, est-ce que c’est l’enfant qui est difficile ou sa relation qu’il a avec ses parents ?

Qu’est-ce que cet enfant essaye de dire à ses parents, en ne voulant plus se coucher et en se levant la nuit sans se rendormir ?

J’ai lu un très bon livre que je vous conseille vivement, qui n’est pas cher en plus, il a profondément changé ma vision des choses avec ma fille. « Cet enfant qui ne dort pas » 

Voici le résumé du livre : « Les difficultés de sommeil empoisonnent la vie de l’enfant mais aussi celle de toute la famille. La plupart des demandes de consultation de psy pour les enfants sont motivées par cette question.
Indépendamment des aspects purement médicaux et neurologiques, la question psychologique est essentielle.
C est l’objet du livre de Lyliane Nemet-Pier. En s’appuyant sur de très nombreux cas, elle fait comprendre aux parents ce qui se joue tous les soirs et toutes les nuits dans la relation avec l’enfant et leur indique ainsi les pistes pour que toute la famille retrouve le sommeil. »

A la lecture de ce livre, que j’ai acheté quand ma fille n’arrivait plus à faire de sieste récupératrices entre ses 3 et 6 mois, j’ai découvert que la majorité des problèmes des enfants étaient créés par les parents eux-mêmes dans leurs comportements avec leur enfants.

Par exemple, prenez-vous le temps le soir, malgré la course, malgré la fatigue de la journée, de passer du temps de qualité avec votre enfant ?

Prenez-vous du temps pour jouer avec lui ? Du temps qui lui est VRAIMENT consacré ? Sans téléphone, sans rien d’autre que lui et vous ?
Êtes-vous heureuse dans votre rôle de maman ?

L’auteur du livre nous dit qu’il lui suffit parfois d’une seule séance, pour régler des problèmes de sommeil qui durent depuis des longs mois…

Il faut aussi faire attention à la façon dont on parle de nos enfants

C’est personnel, mais j’ai beaucoup de mal à entendre un parent surnommer son enfant par des petits noms à consonances aussi négatives, que « Monstre, tirant etc », sans parler des humiliations du genre « tu es nul, laisse-moi faire, que tu es gauche, tu ne sais rien faire de tes deux mains, tu es bête c’est pas possible. »

Je suis très sensible aux mots, que l’on utilise pour me parler, naturellement je fais attention avec ma fille.

Changer sa façon de voir les choses ?

J’ai bien conscience qu’il y a des tempéraments d’enfants différents. Je sais aussi que notre fille parlant très très bien, depuis déjà ses 12 mois (maintenant à 18mois elle fait des phrases), elle n’a aucun mal à se faire comprendre et que sans frustration c’est déjà bien plus simple d’éviter des drames.

Je sais que ma fille arrive à écouter et comprendre quand on explique (parfois 200 fois) qu’il ne faut pas monter sur la table basse. Enfin, si elle en a envie aussi… Après plutôt que de nous braquer toutes les deux, je change de pièce et souvent elle a déjà oublié qu’elle voulait monter dans les nuages …

Je pense, sincèrement que les enfants sont le reflet de ce que nous sommes pour eux, vous ne pensez pas ?

Par exemple, ma fille va à la crèche quelques heures par semaine. Les soirs des journées de crèche, elle est ce que l’on peut appeler « difficile », car elle s’est contenue toute la journée, et profite de mon retour pour ouvrir les vannes. Dans ces cas, je me blinde de patience et de câlins, de longs câlins bien serrés en chanson et souvent cela suffit à la calmer, même si la fatigue reprend souvent le dessus.

Tout cela pour dire, qu’il n’y a pas d’enfant dur ou d’enfant facile, je pense que rien n’est jamais perdu dans la vie, c’est aussi notre façon de voir les choses qui y est pour beaucoup, vous ne pensez pas ?

Posts created 81

24 commentaires pour “Avons-nous les enfants que l’on mérite ?

  1. Ton article sonne juste, sur plein d’aspects. Cependant, je suis gênée par l’affirmation qu’on a « les enfants qu’on mérite » parce que je pense qu’il y a pas mal de bons parents qui galèrent avec leurs enfants. Certes, les parents qui s’y prennent mal récoltent ce qu’ils sèment mais pas seulement. On a en nous des choses enfouies, des soucis extérieurs qui, en dépit d’une bonne attitude avec nos petits, peuvent interférer et compliquer les choses. Comme toi, j’ai une petite fille adorable: elle se couche (en temps normal) sans souci, fait des nuits paisibles, coopère volontiers avec nous, déborde de vie et d’affection. Le top. Cependant, les jours où je suis crevée, ça ne loupe jamais, elle est par moments plus dure: elle peut crier, pleurer, enchaîner les petites crises. Même si je réagis avec compréhension et bienveillance, ça ne suffit pas toujours. Chez moi, c’est épisodique. Mais je pense que chez des personnes qui traînent une souffrance permanente, des couples qui vivent dans les tensions, des personnes qui ont un métier difficile, cela peut ressortir chez les enfants qui sont de véritables éponges émotionnelles. D’où mes réticences avec le titre de ton article. 😉

    1. Je comprend tout à fait ton ce que tu veux dire même si je ne partage pas tout ton point de vue. Bien entendu notre passe influ notre avenir, mais il n’excuse pas tout , mon mari a un passe assez compliqué et il a du faire énormément de travail sur lui, parfois bien-sûr pour certain cela peut être lourd. Mais il existe de nombreuses façon d’aller mieux (thérapie, hypnose ) qui peuvent redonner à une famille une harmonie. Ici aussi quand je suis à fleur de peau ma fille est plus difficile. En tout cas merci pour ton partage très intéressant 🙂

    2. Et j’ajouterais que le titre de mon article est volontairement « choc » pour faire partager des avis comme le tiens

  2. Bel article. Je me retrouve beaucoup dans ce que tu dis. Mon père à Noël m’a dit (en gros) : « si ton enfant est si sage, c’est dû à son caractère « . Erreur…s’il est si sage, c’est que je l’aime et qu’il le sait…après il a aussi bien sûr des angoisses, des questions, des humeurs…comme tout un chacun…

    1. Oh merci c’est agréable de savoir que ma façon de penser est partage. Ton papa ( si on lit vite on comprend le père noël ) se trompe

  3. Je suis tellement d’accord avec toi !! Les enfants ont tous des choses à nous dire, faut-il que nous, parents, voulons bien les entendre!!! <3

    Et je te remercie tellement de m'avoir conseillé ce livre si bien qui m'a sauvé la vie! Je n'avais lu que deux pages que j'avais déjà eu le déclic! J'avais compris ce qui n'allait pas chez nous !!!

  4. Je suis en partie d’accord avec toi, mais je pense que les choses sont loin d’être si simples. Effectivement, une éducation « bienveillante » permettra d’éviter certains comportements « indésirables ». Pour autant, certains enfants ont de vraies difficultés.
    Dire que l’on a les enfants qu’on mérite est un peu fort et je ne partage pas vraiment ce point de vu. En revanche, je suis certaine que ce n’est pas le fruit du hasard et nos enfants sont aussi là pour « réveiller » certaines blessures pour nous aider à les soigner. Après, reste à savoir si on s’en saisie ou pas.
    Après tout cela ne reste que mon point de vue. Chacun a sa vérité car il n’existe pas de vérité absolue et encore moins dans ce domaine.
    Mais pour moi, l’essentiel reste le respect mutuel et c’est déjà tout un challenge 🙂

    1. Nous ne naissons pas égaux en capacité c’est certain, certaines épreuves peuvent faire basculer une vie en mal ou en bien en fonction des gens. Je parle de bienveillance au sens large le respect comme tu dis , aimer et faire grandir dans la sécurité affective, c’est déjà pas mal 🙂 il n’y a pas de vérité universelle comme tu dis il faut agir avec le coeur

  5. C’est très intéressant ce que tu écris. Pour moi, les choses se compliquent un peu quand on a plusieurs enfants (j’en ai 3) surtout s’ils sont d’âge rapproché.
    Dans tous les cas, je vais lire le livre sur le sommeil car ma n°2 me pose qq problèmes…

    1. Ah oui avec 1 l’harmonie est assurée après cela ce corse … le livre est génial tu m’en diras ce que tu en penses ? Et la place numéro 2 est la plus dur dans une famille 😉

          1. Bonsoir. J’ai trouvé très complet avec les différents problèmes de sommeil (endormissement, cauchemars, etc). J’ai commencé à mettre en place des petites choses (ici c’est un problème de séparation si j’ai bien compris). Donc je conseille le livre. Je pense qu’il donne de bonnes pistes pour les troubles du sommeil du jeune enfant. Pas déçue, merci beaucoup.

  6. Je pense aussi que la relation parent/enfant est surtout dépendante du comportement des parents.
    Je suis heureuse d’avoir lu cet article. Ma fille de 5 mois n’a jamais vraiment fait de sieste… cela me questionne beaucoup, et après avoir essayé diverses techniques pour l’endormir, elle ne dort pas plus demie heure d’affilée, une à deux fois par journée… je me suis donc empressée de commander le livre recommandé, merci !

    1. Oh tu verras acheter a cet âge la aussi, il ma change la vie !!! Surtout quand j’ai compris que ma fille n’avait pas de soucis. J’espère que tu viendra Me raconter ton après le livre

  7. Je suis en accord avec 300% de ce que tu écris. Nos enfants étant des éponges, leurs comportements se font en réaction à l’environnement qui est le leur. Lorsque leur coeur est rempli, ils nous donnent sans limite, mais lorsque quelque chose vient entraver leur routine (manque d’attention, manque de sommeil, sursollicitation, etc.), ils nous le font comprendre comme ils le peuvent, et souvent de manière que nous percevons, avec un regard d’adulte, comme inapproprié.
    Je suis tout aussi choquée, parfois blessée, c’est étrange, par le comportement des adultes malmenant leurs enfants (ou pire des enfants qui ne sont pas à eux) au parc, à la pharmacie, dans la rue, des gens qui hurlent sur un enfant qui pleure. Je ressens souvent cela comme une agression personnelle et j’ai juste envie de prendre le petit dans mes bras …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut
%d blogueurs aiment cette page :