X

Après l’accouchement, l’abandon des mères …

J’en parlais déjà brièvement ici. Après la naissance, en France les femmes sont laissées livrées à elles-mêmes. Dans une solitude et une détresse terribles….

Pendant la grossesse, on les couve , les protège, les infantilise.

Avant la naissance, la désinformation

Pendant les cours de préparation à l’accouchement , on a été préparé (Papa Ours et moi) à tout sauf à la parentalité.
Compte tenu de notre parcours PMA (dont je parle ici), nous avons fait le choix de faire des séances individuelles avec la sage femme. Papa Ours a appris à me masser, à me tenir la nuque, à m’aider à respirer MAIS PAS A DEVENIR PÈRE.

On ne parle pas des pleurs de déchargements. On ne vous explique pas, à quel point, ils seront éprouvants pour vous, qu’il sont normaux et que votre enfant a simplement besoin de vous plus que jamais à ce moment-là.

On ne vous parle pas de la détresse que vous allez ressentir lorsque votre enfant va pleurer, lorsque vous êtes encore entrain d’apprendre à vous connaître…


On n’oublie aussi de vous parler des coliques du nourrisson, et des douleurs terribles qu’elles vont provoquer à votre bébé, et de la tête entendue du pédiatre qui vous dira :

« C’est normal, ça passera ». QUOI ??? C’est normal que mon bébé souffre et se torde de douleur ? (je parle des pédiatres ici déjà)

Et cerise sur le gâteau, on ne vous parlera jamais du RGO, qui pourtant touche tellement de bébés, et de comment il va vous pourrir la vie s’il frappe à votre porte…

Après la naissance, la solitude

Je me souviens de la solitude terrible que j’ai pu ressentir par moment, les longues journées sans voir personne sans bouger de la maison, sans avoir le temps de manger parfois
Au départ, je ne me sentais pas de partir en voiture sans papa Ours au cas où (au cas où quoi j’en sais rien …).

Puis petit à petit, j’ai appris à connaître mon adorable petite fille et très vite nous avons commencé toutes les deux à faire des choses en dehors de la maison. Maintenant avec le recul, je sais que pour un deuxième bébé, je n’aurai plus aucune de ces peurs, mais pour un première enfant tout est nouveau, tout le temps et, je sais maintenant que j’avais la trouille de mal faire !

Et ensuite, le bonheur parfait !

Maintenant, je connais ma fille absolument par cœur, et nos 17 mois en tête à tête m’ont appris à la connaître sur le bout des doigts. Je sais exactement quoi faire et quand. Il ne m’arrive presque plus jamais de ne pas savoir comment réagir. Il n’y a que les très rares fois où elle a été malade, où j’aurais voulu m’arracher le cœur de la voir souffrir : c’était un supplice pour moi.

Suite à cette détresse que j’ai pu ressentir, j’ai longtemps eu l’idée de créer une sorte d’association de soutien aux jeunes mamans avec des visites à domicile pour les plus isolées, qui n’ont parfois pas de famille ou d’amis proches. Ici, j’ai eu la chance d’avoir mes parents à quelques kilomètres, et de supers parents heureusement…

Et vous, comment avez-vous vécu le retour à la maison avec bébé ? Que pensez-vous de mon idée ?

 

 

Categories: Maternité
Maman Pavlova:

View Comments (65)

  • L'idée d'aider les mères après la naissance existe. J'avais vu un site où on pouvait s'inscrire en tant que nouvelle maman et des mamans près de chez toi te proposent de passer pour rompre la solitude, amener un plat juste à réchauffer, etc. J'avais trouvé l'idée excellente.
    J'ai eu la chance de ne pas avoir de bébé RGO mais c'était déjà assez difficile ; je n'imagine même pas si le cas s'était présenté :-(

  • La solitude a été présente très vite puisqu'à son compte mon homme n'a pas pu prendre ni les 3 ni les 11 jours de congés paternité. Le positif est que j'étais entouré de 2 sages femmes: une avec qui on a fais les cours d'haptonomie en couple avant la naissance et que l'on a revu apres ensemble pour faire le point sur nos emotions et ma sage femme specialisée en allaitement qui était dispo 7j/7 pour ses patientes. Un vraie soutien. En plus de cela j'ai été dans une association qui s'appelle bulle de bébés et qui permet de se retrouver entre jeunes mamans, pour discuter de son accouchement et des difficultés qu'on rencontre. Il y a des ateliets portage, massage, ostheo, signes avec bébé, des ateliers sur le sommeil, les.coliques...!
    Je pense que le plus difficile est d'appeler à l'aide

    • Oui le plus dur c’est d’accepter d’avoir besoin de l’aide ... en tout cas , ça a l’air super ce truc bulle de parent , ici dans le sud tout est fait pour les vieux pas pour les jeunes ... donc y’a rien ou presque pour les futurs mamans

  • Tout pareil! Déjà que je trouve que les cours de préparation à l'accouchement n'y préparent pas du tout (ou du moins, pas à un accouchement rapide et violent) mais concernant le port-partum... Pfiou! Moi aussi je me suis sentie seule et très très stressée. Comme toi, on a eu le droit à tout: coliques, RGO, pleurs de décharge et c'est en expérimentant qu'on a appris à gérer, tant bien que mal. On ne nous a pas préparés à la fatigue, aux bouleversements émotionnels, à la peur de mal faire, aux visites aux urgences avec un bébé qui ne s'alimente plus... Alors certes cela rend les premiers mois de maternité moins reluisants, mais elle est là, la réalité! Je trouve ton idée géniale!

    • Merci ! Je vois que je ne suis pas la seule à avoir eu plusieurs cases à coches ... merci pour ton passage :)

  • Etant du milieu, je me sentais pas désinformée mais l'accompagnement post accouchement est nul. Bébé RGO, démerdez vous, allaitement qui patauge, la même...

    • On a est bien d’accord là dessus il est nul à chier ... et allaitement j’en parle même pas , heureusement que de mon côtés tout a roulé à ce niveau là sinon ça aurait été carnage !

  • Combien de fois j'ai eu l'idée de vouloir tous laisser en plan et me casser loin de tout
    C'est tellement dur psychologiquement et les amis et la famille qui parfois nous enfoncent d'avantage sans s'en rendre compte n'aide franchement pas
    C'est dur au début avec un premier bébé mine de rien
    Surtout si on est mal épaulée avec un entourage néfaste
    Heureusement qu'il y a des blogs comme le tien pour rappeler aux parents qu'ils ne sont pas isolés par ce genre de situation ! ☺️

    • Oh merci ... ce qui est terrible comme tu la souligne si bien c’est l’entourage qui enfonce le Couteau dans la plaie et l’idée que c’est simple chez les autres aussi ... alors que non ça ne l’est chez personne , sauf les menteuses peut être

  • C'est vrai qu'une fois accouchée, on se retrouve dans un autre monde complètement abandonnée face à nos questionnements et l'inconnu. Ca a été une période de solitude assez difficile pour moi aussi. Heureusement que j'avais rencontré une maman à la préparation à l'accouchement avec ma sage femme...
    En tous cas, je me retrouve énormément dans ton article!

    • Bienvenue :) , et moi aussi j’ai eu la chance De rencontrer ma voisine qui a accouche 2 mois avant mois juste après la naissance de ma fille on est beaucoup soutenue !!

  • Je comprends l'idée que tu veux transmettre.
    Après je ne suis pas forcément d'accord. On ne peut jamais savoir à quoi s'attendre mais c'est pareil pour tout dans la vie. Le boulot, les amis, la famille. Chaque situation est différente qui plus est.
    Alors raconter tout le pire, je ne sais pas si c'est vraiment une solution. Pourquoi se remplir la tête de toutes les catastrophes qui peuvent survenir avant même qu'on sache s'il va se passer quelque chose ?
    On ne peut pas tout appréhender.

    Et puis je pense qu'on peut aussi se renseigner sur beaucoup de choses. Un bébé ça pleure, c'est fatiguant, ça tombe malade. Ca je pense qu'on le dit clairement et ouvertement depuis quelques années. La preuve, quand on rencontre des jeunes parents, tout le monde leur demande systématiquement "alors, pas trop fatigués?". Ca veut bien dire ce que ça veut dire.

    Je lis bcp de blog sur la maternité et je vois tous ces phénomènes que tu décris. Est-ce que pour autant, si ça me tombe dessus, je le vivrais mieux ? Pas sûr...
    La connaissance ne remplace pas l'expérience.

    • Bien sûr que l’on sait des choses , avoir un enfant est fatiguant . Mais ce n’est pas cela que je remet en cause dans mon article. L’expérience est importante , mais pour moi la connaissance aussi . La beauté dans la maternité c’est aussi qu’il y autant de parents que de façon de dire ou de voir les choses :) et c’est bien ça qui est chouette . Je comprend ton point de vue mais ne le partage pas ;)

  • Oui, ça n'est pas toujours évident de réussir à gérer tous ces chamboulements de nouveaux parents. Pour moi, bizarrement, c'est l'arrivée du 2ème enfant qui a tout chamboulé et où je ne savais plus quoi faire ... Comme quoi, ça ne touche pas que les "jeunes parents". Je pense que des associations comme celle que tu décris existent déjà, le problème est qu'on ne les communique pas aux parents lorsqu'ils sortent de la maternité ...

    • Dans ma région il n’y en a pas , ailleurs en France certainement j’en suis sûr ! Et oui un deuxième chamboulé car deux enfants à gérer enfin j’imagine je n’ai qu’un enfant

  • Je pense qu'on s'est un peu toute retrouvé dans cette situation sauf celle qui avait des copines qui ont accouché peu de temps avant.
    C'est une chouette idée cette association. Ce type d'initiative se développe de plus en plus parce qu'il est vrai qu'on est beaucoup plus isolé qu'avant, du fait notamment avec la mobilité pour le travail.

    • C’était notre cas , on a quitté notre ville natale pour être ici du coup pas encore d’amis ... heureusement que j’ai eu cette voisine qui venait d’accoucher et mes super parents ...

  • Je ne suis pas sure qu'on puisse "apprendre à être mère ou père", on l'éprouve au quotidien et on tâtonne. Dans ma préparation à l'accouchement, j'avais eu une préparation au "retour à la maison". Mais franchement, quand on vous parle du manque de temps, de sommeil, des pleurs su soir et des coliques...ben ça ne vous parle pas vraiment.
    Pour ma seconde j'ai pu bénéficier d'une sage femme à domicile pendant mon alitement et j'ai alors appris qu'elle passait aussi après l'accouchement, pendant 1 à 2 mois selon les besoins des mères (elle passe en journée, alors elle rencontre pas vraiment les pères). Elle est venue 4 fois après mon accouchement pour peser bébé, et surtout voir comment cela se passait à domicile. J'ai regretté de ne pas avoir su que c'était possible pour la 1ère. Il ne faut pas hésiter à s'adresser aux sages-femmes, c'est leur métier aussi d'accompagner après l'accouchement

    • Bien sûr que l’on n’apprend pas à devenir parent dans des cours mais on s’y prépare , enfin on devrait . Moi non ne m’a jamais parlé de tout ce dont je parle je l’ai découvert à mon retour à la maison . Ma sage femme est venu 2 fois à la maison , mais elle m’a dit «  j’avais des filles simple moi , bon courage hein ! » super non ?! Quelle conne quand j’y pense ...

Related Post