Aider un enfant a enchainer les cycles de sommeils - Maman Pavlova
Education

Aider un enfant a enchainer les cycles de sommeils

Le sommeil de nos enfants est un vaste sujet dont on pourrait écrire des tartines. Ici, j’ai décidé de vous parler d’un sujet qui pourrait bien changer le cours du sommeil de vos enfants, comment l’aider a enchaîner ses cycles de sommeils, pour des siestes de plus de 45min et des nuits sans réveil.

Mon bébé fait de courtes siestes, comment les allonger ?

Le sommeil chez les enfants et probablement le sujet qui fait couler le plus d’encre et de sueur froide.

Environ vers ses 3 mois ma fille qui avait alors un sommeil parfait s’est mise à ne le plus enchaîner les cycles de sommeil en journée.
Elle dormait par tranches de 45 minutes et se réveiller épuisé et grognon elle n’arrivait pas à se rendormir.
À l’époque j’ai lu des centaines de témoignages, et acheter un livre que je vous conseille ici .
C’est donc ici le fruit de mon expérience que je voulais vous livrer.

Déjà dans un premier temps ce qu’il est important de savoir, c’est que les enfants ont des cycles qui durent de 30 à 45 minutes.
Et entre chaque cycle, il y a un micro réveil, c’est de lui dont on va parler maintenant.
Le micro réveil est tout à fait normal puisqu’il est biologique, il est impossible de le supprimer par contre on peut aider l’enfant à enchaîner ses cycles.

Quelles conditions pour enchaîner ses cycles de sommeil ?

Quand on est parent il n’y a rien de plus terrible que de voir son enfant se réveiller épuisé d’une sieste grognon et d’être incapable de l’aider à s’endormir.

1er condition s’endormir dans son lit / berceau .

Même avec votre aide , mais il faut impérativement que l’enfant soit dans les conditions exact de son endormissement au moment où il va enchaîner son cycle. Attention certain enfant enchaîne sans soucis quelles que soient les conditions endormissement, on parle ici des enfants sensibles.
est jamais endormie seule, mais a cette période, on l’aidait et on l’accompagnait au sommeil en la posant dans son lit , en lui faisant des papouilles dans le dos (elle dort sur le ventre).

2e condition lui faire aimer son environnement de sommeil.

À l’époque où ma fille avait ses soucis, j’ai passé beaucoup de temps dans sa chambre à la faire jouer dans son lit avec ma présence. Elle devait associer son lit un environnement positif dans lequel elle se sentait bien, mais pas seulement pour dormir.
Il m’a fallu plus d’un mois pour qu’elle s’habitue progressivement.

On lui a également acheté le my hummy dont je parle ici, qui l‘a énormément aidé en journée (puisque la nuit nous n’avons jamais eu aucun souci de sommeil).

Pas d’inquiétude jusqu’à 5 mois c’est normal, après il va avoir besoin de votre aide, si il n’y arrive pas.

 » Evelyne Martello, infirmière clinicienne spécialiste des troubles du sommeil chez les enfants et auteure du livre Enfin je dors… et mes parents aussi, affirme que tout est relatif à la fréquence des siestes. « Plus il y a de siestes dans la journée, plus elles sont courtes », dit-elle. Cette situation est normale dans les premiers mois de vie de bébé. Étant donné que ce dernier n’a pas encore un rythme régulier qui guide ses journées (sommeil, repas, séance de jeux, etc.), son horloge biologique n’a pas les moyens de se régler correctement. Bébé se réveillera donc naturellement après un premier cycle de sommeil, soit 30 à 45 minutes après s’être endormi. »

Comment allonger les siestes d’un bébé ?

 

De façon assez logique, plus vous ferrez faire de courtes siestes moins il y en aura des longue. Idéalement, à partir de 6 mois, un enfant doit rester éveiller au minimum 4 h pour faire une sieste de qualité. Si votre bébé se levé à 7 h sa prochaine sieste sera au alentour de 11h. Attention a ne pas dépassé ce temps, sinon, ce sera pire, j’explique pourquoi ici.

Au alentour des 6 mois, toujours, il faut de la régularité et une routine de sommeil bien mise en place, pour mettre l’enfant dans les meilleures conditions possible pour dormir sereinement.

Le sommeil doit être un moment serein et sans pleurs, on ne peut pas dresser un enfant au sommeil, il a besoin de vous pour l’accompagner en douceur et dans la chaleur de votre amour au sommeil.

Après la nature n’est pas égale, il y a de très gros dormeurs et de très petits. La seule façon de voir si un enfant a son quota de sommeil, c’est s’il est reposé, le visage non marqué, qu’il reste vif et vigilent. Si tout cela n’est pas respecté, il va falloir l’aider avec mes conseils à trouver la clef pour enchaîner ses cycles de sommeils.

Et chez vous le sommeil, galère ou pas ? Si c’est le cas j‘espère que je vais vous venir en aide.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :